Logo Lutèce Cup

Lutèce Cup

Le Blood Bowl à la sauvage !!!

Vous n'êtes pas connecté.

#26 12-09-2018 23:21:40

Crouch
Vétéran
Date d'inscription: 25-11-2015
Messages: 111
Anaheim's Dodgers

Re: ANNONCE

C'est vraiment top jusque là ! Hâte de lire le premier CR de match

Hors ligne

 

#27 14-09-2018 10:39:59

Duda
Star
Date d'inscription: 15-01-2007
Messages: 954
Real BoitarDEATHCLAWS

Re: ANNONCE

Merci Crouch wink

Ca fait toujours énormément plaisir d'avoir des commentaires (même négatifs ! N'hésitez pas à dire si y'a un truc qui cloche ou qui vous parait illogique / mauvais / mal écrit, etc.) !

Content que ça vous plaise en tout cas, les gars !

Et puis, parce que c'est le week-end qui approche, voici la suite et fin du contexte pré-saison. Pour le coup, l'inspi m'est venue d'un sketch... peut-être vous reconnaitrez l'humoriste tongue

On passera ensuite au CR de la J1, mais pas tout tout de suite (faut trouver du temps pour rédiger l'bousin) big_smile

LE CASSE DU SIECLE

-    Bon les mecs, c’te fois-ci c’est la bonne ! Demain c’est le grand jour ! – pérorait un halfling excité à l’attention de ses deux camarades.

La petite bande était réunie dans le sous-sol du minuscule immeuble que ce dernier occupait depuis peu, une bicoque miteuse aux murs défraichis et à la toiture délabrée, sentant le moisi et le renfermé, située dans les faubourgs de Marienburg.

L’individu en question était un halfling d’âge incertain au visage efflanqué et ravagé par les excès en tout genre, affublé d’impressionnantes rouflaquettes d’un brun-roux automnal. Il portait un léger veston noir sans manches par-dessus une chemisette aux tons clairs, des chausses en coton d’un bleu délavé et des bottines en cuir usé. Sa panoplie était complétée par un foulard noué négligemment autour du cou, et par une casquette de gavroche fatiguée. Il tenant dans son bec, de manière friponne, une cigarette mal roulée qui fumait beaucoup. 

Ses partenaires étaient deux semi-hommes rondouillards, aux visages patauds et aux crânes dégarnis, vêtus de tas de frusques bigarrés et mal taillés.

-    J’vous le dis, les gars ! C’est du sérieux enfin. Fini la rigolade. Demain, on s’attaque à du gros. – continuait l’halfling agité sous le regard impavide de ses camarades. – Si tout s’passe bien, à nous la richesse ! Y’aura plus à fouiller les poubelles ou à faire la manche dans les rues ! C’est fini ces conneries, j’vous le dis !
-    Mais, c’est quoi le plan alors ? – intervint un des deux autres participants à la réunion, un halfling grassouillet rasé de près, au crane luisant de sueur, qui mâchouillait un bout de fromage.
-    Putain merde ! Je vous l’ai déjà dit non ? – s’emporta le premier. – On fait un casse demain. Un putain de casse ! Et j’vous le répète, hein, ça va être le casse du siècle les gars !
-    Mais on devait pas retenter la banque ? – l’interrogea l’autre énergumène, un semi-homme encore plus grassouillet, aux bajoues pendantes et à la panse bedonnante, suffoquant bruyamment dans son double menton glabre.
-    C’est-à-dire que… - répliqua le halfling excité – l’plan à changé. Z’ont foutu une zone de stationnement payant pour les attelages dans la rue de la banque, alors, faudrait pas que ça nous coûte de l’argent c’te affaire.
-    Mais, Sherlock, alors on fait quoi ? – le questionna le premier de ses camarades.
-    Putain, Mirfu ! – aboya celui-ci. – Je t’ai déjà dit : On n’utilise pas nos prénoms ! C’est trop dangereux !
-    Dangereux de quoi ? – s’étonna le dénommé Mirfu. – Genre, on nous écoute là, actuellement, dans ton trou à rats tout pourri ?
-    Qu’est-ce t’en sais, mec ? – répliqua celui qu’on appelait Sherlock. – Je t’ai dit, on prépare le coup du siècle ! Alors faut prendre des précautions. Tu veux pas que la garde nous tombe dessus, ou la police impériale ?
-    La police impériale directement. Non mais arrêtes tes conneries Sher… - intervint l’halfling ventripotent.
-    Mais ta gueule Roch ! – siffla ce dernier. – Tu sais bien qu’on est dans le collimateur des forces de l’ordre locales, non ? Ca fait combien de coups qu’on tente ?
-    Neuf. – répliqua Roch avec déception en baissant la tête. – Qu’on a tous foirés…
-    Justement ! – hurla Sherlock. – Celui-ci on va pas l’rater. Ca va être grandiose ! C’est pour ça qu’il faut faire gaffe ! Alors, désormais, fini les conneries. On est des pro-fe-ssio-nnels, je rappelle. Alors, agissons comme tels ! Fini les Shrelock, les Mirfu, les Roch – désormais on ne parle qu’en code, compris ?
-    Oué, oué. – répondirent ses camarades de concert, mais visiblement sans entrain.
-    Bon, toi Mirfu, vu ta sale gueule, tu seras Gobelin. Quant à toi, Roch, on va t’appeler Andouillette.
-    Mais pourquoi Andouillette ? C’est dégeulasse. – voulut protester ce dernier.
-    Putain, mais qu’est ce qu’on s’en fout, merde ! – répliqua Sherlock avec colère. – C’est que des noms de code à la con. Arrêtez de faire les gamins !
-    Et toi ? – lui demanda Mirfu.
-    Bon, moi… J’vais être Archaon… - répondit Sherlock quelque peu mal à l’aise, sous les regards médusés de ses deux amis. –  Ok, bon ! Ceci étant fait, passons au plan. Roo… j’veux dire Andouillette, est ce que tu as ramené la Tornade Infernale ?
-    La quoi ? – s’étonna Roch en écartant les yeux.
-    Putain, merde ! – s’emporta un Sherlock excédé. – Le carrosse ! Putain, on avait bossé ça ! La Tornade Infernale, c’est le carrosse !
-    Mais, j’l’ai plus, le carrosse. J’ai dû le rendre à mon beau-frère. – répliqua Roch gêné.
-    QUOI ! – hurla le premier. – C’est quoi ce travail de sagouin ?! On prépare le casse du siècle et toi tu te débarrasses de notre véhicule ? Comment on va transporter la cagnotte, putain !
-    J’avais pas le choix, il devait le rendre à son boulot. Mais t’inquiètes. A la place, mon beau-frère m’a filé un chariot. Et un âne avec ça ! – répliqua Roch avec espoir.
-    Non mais sérieux ! – riposta Sherlock. – On va faire le casse du siècle avec une putain d’charrette de bouzeux et un vieux mulet. Vont bien rigoler, les hommes du sheriff, sur leurs destriers, quand ils vont nous voir nous enfuir sur une cariole de pécore tirée par un bourricot d’mes deux !
-    Bon, tant pis ! – reprit-il en soupirant. – On f’ra avec. Et toi, Gobelin, t’as ramené l’matos pour le casse ? Gobelin ?! Allô, y’a quelqu’un ?
-    Ah oui. – l’autre halfling sortit de ses pensées. – Quel matos ?
-    Comment ça, quel matos ? Tu te fous de ma gueule ? – siffla Sherlock ave rage. – Les masques. Le pied de biche. Les crochets. LE matos, merde ! Tu veux qu’on fasse le casse avec nos putains d’ongles et qu’on voit nos visages ? Toi Mirfu, p’tet que ça ne te dérangerait pas, vu ta sale gueule, mais pense aux autres !
-    Non, non, mais j’ai tout. – répondit ce dernier, visiblement mal à l’aise.
-    Bon, reprenons alors ! – continua leur meneur. – Tout le monde connait son poste ? Toi, Andouillette, tu t’occupes de la Tornade Infernale. Surtout, tu te gares bien devant, compris ? On va pas crapahuter, les caisses pleines sur le dos, pendant des miles. Quant à toi Gobelin, tu surveilles les alentours et tu nous préviens si jamais les poulets se pointent. Compris, les mecs ?
-    Et toi, Sher… Archaon j’veux dire. Tu seras où ? – l’interrogea Roch en se grattant la tempe.
-    Moi… - répliqua Sherlock embarrassé. – Je supervise tout à distance.
-    Euh, comment ça ? – s’étonne Mirfu perplexe.
-    Ba quoi ! Faut bien que quelqu’un vous supervise, sinon vous allez tout faire foirer, bande de minab’ ! – s’emporta à nouveau Sherlock.
-    Mais du coup. – intervint Roch en levant le doigt. – Y’aura qui à l’intérieur…
-    Putain, attendez. – riposta leur meneur, hésitant. – Ah merde. Y’a une couille dans le potage. On a personne à l’intérieur. Bon, ok, alors… - il se mordit la lèvre en réfléchissant. – Gobelin, tu vas le faire. De toute façon, demain matin, y’aura personne dans les rues, les poulets seront tous à la foire.
-    Et toi alors ? – répliqua Mirfu étonné.
-    Ba non, j’peux pas, je t’ai déjà dit. – le conspua Sherlock avec véhémence. – Je supervise. Su-per-vise. C’est essentiel ça, comme tâche, merde !
-    Au fait, est-ce qu’on pourrait se dépêcher ? – demande Roch, quelque peu gêné. – Y’a mon épouse qui m’attend en haut. On doit aller faire le marché et faut qu’on se magne avant que ça ferme…
-    QUOI ?! – hurla de nouveau Sherlock. – On prépare en secret le coup du siècle et toi, tu ramènes ta grognasse avec toi ?! Non mais, t’es sérieux ?! Peut-être qu’on devrait aller directement voir le guet et leur dire qu’on fait un braquage demain ?
-    Justement, à ce propos. – s’immisça Mirfu. – Demain, ça m’arrange pas. J’ai un déjeuner de prévu avec ma grand-mère…
-    QUOI ?! – jura entre les dents leur meneur. – Putain, non mais vous êtes tarés ou quoi ? T’as quoi encore à faire demain Mirfu ? Faut que t’emmènes ta vieille chez le toubib ? Et toi Roch ? Y’a un nouvel arrivage de fromages ou tu dois encore t’occuper des mioches de ta belle-s½ur ?       Demain, on est millionnaires et vous, vous vous prenez la tête avec des conneries pareilles ?
-    Justement, on attaque quoi du coup ? – le coupa dans sa litanie Mirfu, interloqué.
-    Héhé ! C’est là qu’on va surprendre tout le monde ! – répondit Sherlock avec fougue. – Le sheriff pense qu’on va retenter la banque, mais que dalle ! Demain, les mecs. – il fit une petite pause théâtrale afin de maintenir le suspense. – Demain, on attaque l’entrepôt de saucisses de la ville !
-    L’entrepôt. – hoqueta Roch, abasourdi, la mâchoire affaissée.
-    De saucisses. -  riposta Mirfu, médusé.
-    Hé oué, mes cons ! Réfléchissez ! – continua Sherlock avec ardeur. – On vole le stock, on le revend en loucedé vite-fait, et à nous la gloire et la richesse ! J’vous le dis, moi. Demain, si tout va bien, on prend un rafiot au port les poches pleines de blé, on file vers la Lustrie, et à nous les cocotiers, les plages de sable fin et les nanas !

***

Les trois halflings étaient assis dans la salle d’audience, un vaste espace au sol dallé, au plafond haut et aux murs recouverts de marbre. Face à eux, derrière un pupitre en bois sculpté, était assis un vieil humain revêtu d’un habit noir et coiffé d’une perruque grise. Ils étaient flanqués de deux gardes armés, fièrement dressés dans leurs tenues impeccables d’hommes du guet.

-    Bon, mes petits rigolos. – entama l’homme en noir d’une voix puissante, en regardant d’un ½il contrarié les trois comparses penauds. – Mirfu Dupéron, Roch Tendrebouc et bien-sûr Sherlock Vertecuillère. Comment on s’retrouve, n’est-ce pas ?
-    M’sieur le juge ! – intervint immédiatement ce dernier avec fougue. – C’est un terrible malentendu ! Une bévue policière !
-    C’est pas moi, M’sieur le juge ! J’ai rien fait ! – cria pas dessus celui-ci un Roch paniqué en bondissant du banc.
-    J’ai rien à voir là-dedans vot’honneur ! C’est Archaon qui a tout programmé ! – jappa un Mirfu excité. – C’est lui le cerveau.
-    Bouclez-là ! – hurla le juge avec véhémence, d’une voix de stentor fort surprenante pour un individu de son âge. – Vos gueules les pecs ! – Les halflings se turent immédiatement en se rasseyant. – Ne vous moquez pas de moi, bande de merdeux ! C’est la dixième fois que je vois vos sales tronches. La dixième !
-    M’sieur le juge, c’est parce que c’est de l’acharnement par les forces de l’ordre ! – Sherlock ne put s’empêcher de riposter.
-    C’est un délit de faciès à notre encontre ! – renchérit Roch.
-    C’est du racisme anti-halfling vot’honneur ! – conclut la litanie de doléances Mirfu.
-    Arrêtez ça tout de suite ou je vous fais bâillonner. – les coupa le magistrat en postillonnant. – Vous êtes idiots ou quoi ? Dix fois qu’on vous arrête et pas une seule fois vous n’avez réussi à voler quoi que ce soit ! Lequel d’entre vous organise des plans aussi merdiques ?! Dénoncez-vous !
-    M’sieur le juge, c’est Archaon, c’est lui le boss ! – beugla Mirfu peu gêné de dénoncer son ami.
-    Oué vot’honneur ! C’est vrai ça. Moi, j’ai rien compris. – surenchérit Roch. – J’devais être l’Andouillette, j’sais pas quoi, j’devais attendre dans la Tornade Infernale l’arrivée du Gobelin J’ai rien compris vot’honneur !
-    Moi non plus j’ai rien compris ! – continuait Mirfu agité. – Moi j’étais soi-disant un gobelin, c’est Archaon qui décidait, moi j’pigais pas ce que j’devais faire. J’devais juste surveiller avec un pied de biche. C’est Archaon qui coordonnait, vot’honneur !
-    Archaon ? – l’humain les fit taire d’un geste de la main. – C’est qui ça encore ? – leur demanda-t-il circonspect.
-    C’est moi M’sieur le juge. Sherlock Vertecuillère, alias Archaon. – répondit ce dernier d’une voix posée, en se curant les ongles, visiblement fier de son nom de code. – C’est moi qui ai organisé ce super plan. Et ça aurait marché si ces deux baltringues n’auraient pas tout fait foirer ! Ils ne savent même pas foutre un pied devant l’autre ces cons, alors forcément ! Suffisait juste de suivre mes instructions…
-    J’suis innocent ! – le coupa Mirfu pris de panique. – J’vous jure, j’ai rien compris, un moment on devait mettre des masques, puis on devait surveiller la rue. J’pigeais rien moi…
-    J’ai des enfants ! – se mit à brailler Roch. – M’sieur le juge, soyez indulgent s’vous plait ! Ma femme est malade en plus ! On voulait juste sortir de la galère !
-    C’est vrai ça ! – renchérit Mirfu en agitant les bras. – On est des victimes vot’honneur, victimes du système, on nous a floué !
-    VOS GUEULES !!!! – hurla le magistrat, excédé. – Taisez-vous, par Sigmar ! – Il porta son regard sur Sherlock, qui demeurerait impassible. – Donc c’est toi le petit merdeux qui a organisé ce coup foireux. Alors réponds moi, parce que j’ai besoin de comprendre. Que par le passé, vous ayez tenté de cambrioler une banque – je comprends. Que vous foiriez votre coup à chaque fois – je comprends. Que vous vous fassiez attraper – je comprends aussi, vu les branques que vous êtes. Mais pourquoi alors, pourquoi, tenter de cambrioler un entrepôt vide cette fois-ci ?
-    Comment ça, vide ? – réagit Sherlock avec stupéfaction.
-    C’est la foire à la saucisse en ce moment, vous le savez bien. – répliqua l’humain sur un ton austère. – Les entrepôts sont vides, bande de petits cons !

***

-    OK les gars, ça a encore foiré cette fois-ci. – Sherlock reprit la parole alors que les trois halflings étaient enfermés dans une geôle du bureau du sheriff, en attendant leur transfert dans le pénitencier local. La nuit venait de tomber et quelques rayons de lune éclairaient leur cellule au travers des barreaux situés en hauteur, dans le mur extérieur de la prison. – On s’en tire pas trop mal au final.
-    Pas trop mal ? – l’interrogea un Mirfu dépité. – Tu te moques de nous ?
-    C’est pas ma faute si vous n’avez pas suivi les instructions ! – s’emporta Sherlock de nouveau. – Putain, y’a quoi de compliqué dans le crochetage d’une porte !
-    T’avais qu’à le faire, alors. – répondit Mirfu en boudant.
-    J’pouvais pas ! – rétorqua le premier. – Je supervisais !
-    Trois ans ! – intervint tout à coup Roch. – On s’en prend pour trois ans à cause de ton fameux casse du siècle.
-    Que dalle. – annonça Sherlock avec fierté. – Avec moi, ça va faire trois jours !
-    Comment ça ? – rétorquèrent ses compères, presqu’en même temps.
-    Vous allez me dire que je regarde peut-être trop les séries sur Cabalvision… - répliqua Sherlock avec un détachement forcé. – Mais je me suis tatoué le plan des égouts dans le dos !
-    Pourquoi faire ? – s’étonna Roch, le regard ébahi.
-    Comment pourquoi faire ! – s’empourpra leur meneur. – T’es idiot ou quoi ? On creuse un tunnel, on arrive dans les égouts, et c’est direct le port !

Soudain, un bruit sourd et puissant se fit entendre de l’autre côté du mur de leur cellule. Surpris, les trois halflings reculèrent d’effroi lorsqu’un nouveau bruit résonna au dehors, faisant violemment vibrer les parois et grincer les barreaux. Au troisième, un pan entier du mur s’effondra, faisant voler brique et ciment dans un immense nuage de poussière. Lorsque celui-ci retomba, un trou béant apparut dans le mur externe de leur geôle, au travers duquel les halflings contemplèrent la noirceur de la rue, étrangement paisible après tout ce raffut. Deux silhouettes courtaudes et trapues se tenaient juste derrière l’ouverture.

-    Magnez-vous les miches. – Fit l’une d’elles en direction des trois apprentis cambrioleurs. – Et sans discuter. On f’ra la causette plus tard.
-    Suivez-moi. – dit l’autre personnage en faisant un geste de la main. – Et vite.

Les trois compères ne se firent pas prier. Après un rapide coup d’½il sur l’extérieur, afin de s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’un quelconque piège, ils se hâtèrent de sortir par le trou béant, puis coururent à toute enjambée derrière leur guide. A une centaine de pas, les attendait un carrosse noir aux fenêtres obstrués par d’épais rideaux en velours, auquel étaient attelés six fringants étalons, piaffants d’impatience. La porte du véhicule s’ouvrit et les trois halflings s’engouffrèrent à l’intérieur. Un humain émacié, aux cheveux grisonnants et à la mine sévère, les y attendait. Ils le reconnurent immédiatement en écarquillant les yeux de stupéfaction.

-    Salut bande de rase-mottes. On a des soucis avec la justice locale ? Heureusement que vos anciens amis viennent vous sauver les miches. – Dit Duda avec malice, alors que le carrosse démarrait en trombe, poursuivi par l’écho lointain des cris d’alarme de la garde.


Pourquoi les Nains ont la bière et les Elfes la magie ?
Parce que les Nains ont choisi en premier...

Hors ligne

 

#28 14-09-2018 10:52:30

lepropre
Arbitre
Lieu: Issy les moulineaux
Date d'inscription: 07-07-2011
Messages: 3376
Cirque de rhumNemosus Corsaires

Re: ANNONCE

C'est très bon.
Et un casse de saucisses j'adore !


Je n'ai jamais vraiment perdu un match dans ma carrière, j'ai juste manqué de temps certaines fois.

Hors ligne

 

#29 14-09-2018 11:13:15

Crouch
Vétéran
Date d'inscription: 25-11-2015
Messages: 111
Anaheim's Dodgers

Re: ANNONCE

C'est vraiment une fine équipe que tu as rassemblé, ça fait rêver smile gloire à eux !
J'aurais aimé les croiser sur les terrains, gageons que cela se fera en Play Offs wink

Hors ligne

 

#30 14-09-2018 14:43:19

nicap
Commissaires
Date d'inscription: 15-09-2005
Messages: 1369
Priapus Sacerdotum Gladiatores

Re: ANNONCE

t'as des vrais talents d'écrivain Duda : c'est juste énorme lx

Hors ligne

 

#31 15-09-2018 18:35:25

Skarlan
Star
Lieu: Asnières
Date d'inscription: 16-01-2015
Messages: 1001
La hordeMalevolent Raveners

Re: ANNONCE

Mort de rire! Le dernier épisode est génial!
Et le reste je l ai dévoré d une traite!
Puisque tu aimes les critiques, il reste 2 ou 3 fautes... un-- pour on
Des petits trucs comme ça!
J espère que tu compileras ça en un livre à la fin! Ça le vaut carrément! Y à juste la traduction en anglais qui doit pas être évidente...


"La chance c'est pour les débutants"
"Maudit un jour, maudit toujours"
"La maturité de l'homme est d'avoir retrouvé le sérieux qu'on avait au jeu quand on était enfant." Alain Damasio

Hors ligne

 

#32 17-09-2018 10:14:37

Duda
Star
Date d'inscription: 15-01-2007
Messages: 954
Real BoitarDEATHCLAWS

Re: ANNONCE

Merci les mecs, très heureux que ça vous plaise wink


Pourquoi les Nains ont la bière et les Elfes la magie ?
Parce que les Nains ont choisi en premier...

Hors ligne

 

#33 18-09-2018 11:39:54

Laerthis
Légende
Date d'inscription: 31-07-2015
Messages: 1300
Emergency DepartmentSunshine Cleaning

Re: ANNONCE

EXCELLENT!!!

Hors ligne

 

#34 18-09-2018 15:16:52

Corrupt
Champion
Lieu: Montrouge
Date d'inscription: 16-05-2016
Messages: 259
Site web

Re: ANNONCE

j'adore ! la suite !

Hors ligne

 

#35 20-09-2018 14:40:31

Duda
Star
Date d'inscription: 15-01-2007
Messages: 954
Real BoitarDEATHCLAWS

Re: ANNONCE

CE MOMENT

J’aime ce moment… J’aime ce moment où, arrivés tous ensemble au stade, nous descendons du carrosse sous les regards timides de quelques fidèles supporters. Soudés, en groupe, tels une inexpugnable fratrie, et pourtant en pénétrant dans l’antre de la bête, nous demeurons seuls parmi cette foultitude de visages, chacun avec ses pensées, ses doutes et ses peurs… J’aime vraiment ce moment…

J’aime ce moment où, entrant dans le vestiaire, nous humons l’air moite en suspens, l’odeur de l’amidon des tenues impeccablement préparées se mêlant aux effluves de baume de tigre, du cuir des crampons déjà lustrés, de parfum d’oranges découpées, et du ragoût en train de cuire, cuisiné de main de maître par notre chef cuistot… J’aime vraiment ce moment…

J’aime ce moment où, nous enfilons notre équipement, la chaussette gauche toujours en premier, piaillant tous ensemble les uns par-dessus les autres, riant aux éclats de telle ou telle plaisanterie lancée par un coéquipier, exagérément, parfois de manière forcée – comme pour conjurer le sort, pour faire fuir les mauvais esprits, pour se donner du courage – alors que le coach, impassible, récite pour la énième fois sa litanie que nous connaissons par c½ur et qui, pourtant, nous fait toujours le même effet euphorisant : « Battez vous les uns pour les autres ! » ; « Soutenez votre coéquipier ! » ; « Revenez en défense ! » ; « N’ayez pas de regrets ! » ; « Vous le faites d’abord pour vous ! » ; « J’veux que vous puissiez vous regarder dans un miroir après le match ! »… Un décalogue. Une prière. Un sortilège… J’aime vraiment ce moment…

J’aime ce moment où nous nous alignons dans le tunnel, juste avant d’entrer dans le stade. Après le brouhaha du vestiaire, le silence se fait, entrecoupé uniquement par des raclements de gorge stressés et les toussotements angoissés des coéquipiers, l’ambiance redevient sérieuse, grave, solennelle. Les mines se crispent et les visages austères s’abaissent dans cette ambiance de fin des temps, où, aveuglés par la lumière vive de la sortie, perturbée seulement par les particules de poussière virevoltant dans l’air lourd des sous-sols du stade, nous attendons avec sérénité, et pourtant impatients le signal pour se ruer vers ce portail de lumière qui nous appelle, qui nous attire telle une chandelle attirant un papillon, sachant le sort qu’elle nous réserve mais y allant quand même, conscients du danger et pourtant mus par un réflexe instinctif, irréfléchi, spontané… J’aime vraiment ce moment…

J’aime ce moment, ce moment fugace si particulier qui demeure pour toujours gravé dans nos têtes malgré sa brièveté, ce moment où nous passons de l’ombre à la lumière, ce moment précis où nous sortons enfin du tunnel morne et silencieux pour pénétrer sur la pelouse…. Et tout à coup, c’est la déflagration ! La lumière du soleil nous aveugle complètement alors que les hurlements déchainés du public nous explosent dans les oreilles. L’odeur de la pelouse humide déflagre dans nos narines, mêlée aux effluves de friture, de bière et de sueur mélangées… J’aime vraiment ce moment…

J’aime ce moment où, relevant les têtes, nous croisons le regard arrogant de nos adversaires. Les sourires en coin, les lèvres retroussées, ils nous invectivent et se moquent de nous en nous promettant les pires sévices – fort peu originaux et souvent les mêmes. Et pourtant, nous demeurons impassibles, et nous rions intérieurement, la colère bouillant au fond de nos tripes, nous nous regardons et je vois dans les yeux de mes camarades la même fougue, la même passion, le même courage – peut être téméraire – et cette volonté de se surpasser qui me rend fier de pouvoir me compter parmi eux. Les connards d’en face, ils ne savent pas ce qui les attend, ils vont être surpris… J’aime vraiment ce moment…

- Souvenirs de match
Tholot l’Ancien – capitaine du Real Boitar

***

Ouaip, j’aime ce moment oué, quand on picole ‘vec les potes avant l’match, en s’grattant les couilles et en s’enfilant quelques cigares, pour rigoler quoi !

J’aime ce moment oué, où l’coach il entre dans l’vestiaire et qu’il veut parler tactique et j’sais pas quoi, et qu’on l’dégage à coups d’pins dans l’bide en lui riant à la gueule. Qu’il aille s’faire mettre et qu’il s’occupe d’ses fesses, nous, on f’ra not’ boulot st’ou !

J’aime ce moment oué, où on s’détend on s’enfilant quelques p’tites qu’on fait venir avant chaque match. C’est qu’nous les joueurs, faut pas qu’on stresse, alors une p’tite grognasse ‘vant l’match, ça nous fait du bien, pour sûr ! Ca m’rappelle une sacré ritournelle tiens ! Une ‘tite vachette, que j’prends en levrette, j’lui défonce sa charrette, l’en reste que des miettes… Putain qu’c’est bon !

J’aime ce moment oué, où t’as tous ces bouzeux qui beugl’ dans l’stade, alors q’les connards d’en face arrivent, et qu’ils pissent déjà dans leur froc ‘vant même l’coup d’sifflet du blaireau en noir, et q’tu t’moques d’eux en les traitant d’bouffons, et en leur crachant à la gueule ! Quelle rigolade !

J’aime ce moment oué, où tu sens sous tes sabots le tibia ou les cotes d’un putain d’enfoiré et que t’entends le bruit sec de l’os qui craque, ou c’lui flasque d’un boyau qui pête et qu’tu sens l’odeur d’merde et d’pisse quand c’ducon s’fait d’ssus ! Ca t’met en joie, ça t’fout une demi-molle mon pote !

- Souvenirs de match
Kriek – Centaure-taureau des Hashut’s Sons

***

-    Ouah ! On s’est faits dégommer ! – concéda avec emphase Eggon, estomaqué par ce qu’il voyait sur la pelouse, alors qu’il était assis sur le banc, en compagnie de plusieurs autres joueurs du Real Boitar, plus ou moins blessés.

Leur coach se tenait devant lui, droit et impassible, dans sa houppelande grise, les bras croisés et la tête levée. Il regardait attentivement le terrain alors que le coup de sifflet final venait de retentir, et la moindre chose que l’on pouvait dire était bien celle que venait de prononcer le halfling. Pour son premier match, le Real Boitar s’était fait, comme qui dirait, déboiter.

Sévèrement.

Ce n’était visiblement pas le retour rêvé pour les anciennes gloires de la Lutèce Cup, certainement pas.  Il faut dire que leurs espoirs et expectatives quant au comeback glorieux qu’ils s’étaient imaginés, furent vite évaporés, tant par le scepticisme franchement affiché par la presse spécialisée, que par l’accueil froid du public, ou encore par les commentaires dédaigneux et quelque peu arrogants des autres équipes participantes au championnat, ainsi que de leurs coachs.

Bref, le Real Boitar revenait dans le jeu peut-être, mais par la toute petite porte, sa gloire d’antan s’étant visiblement évaporée, le lustre de ses exploits manifestement terni et les prouesses de ses joueurs tombées dans un triste oubli. Les temps avaient indubitablement changé, et place devait être faite à la nouvelle génération qui ne fit pas grand bruit du retour des halflings, au grand dépit de ceux-ci. Leur coach les avait pourtant prévenus, ils n’étaient plus grand-chose à la Lutèce, à peine un souvenir éphémère, une fugace réminiscence du passé, seulement contée au coin d’un feu par quelques rares vétérans de la ligue, les yeux embués par les vapeurs d’alcool, eux aussi tombés dans l’oubli.

Si le retour aux affaires fut rude pour l’égo des semi-hommes, le premier match fut rude pour leurs fondements. Le coach, comme à son habitude, avait hurlé de colère en découvrant le calendrier de la nouvelle saison :

-    Des nains ! Ils nous ont encore refilé des nains en ouverture ! Ils nous refont le coup, ces enfoirés d’commissaires de la ligue ! - beuglait-il alors qu’il était de retour au Crampon Doré, l’auberge située dans la ville basse où le Real Boitar avait pris ses quartiers, comme c’était le cas tant d’années auparavant.
-    Des nains du chaos. - le corrigea Tholot, de manière posée. – C’est pas la même.
-    Pas la même ?! - répliqua le coach. – Tu te fous de ma gueule, l’Ancien ? Des salopards de bloqueurs tenaces, accompagnés de deux bestiaux qui font trois fois votre taille et de putains d’hobgob’ qui vont vous marcher dessus ! C’est pire que des nains mon gars ! Et par-dessus tout, sont coachés par ce chacal de Pierre-Alexis, l’enfoiré qui te sourit avec ses dents bien blanches dans son petit costard parfaitement taillé, tout ça pour mieux t’planter un canif’ dans le dos !
-    C’est si mauvais que ça ? – le questionna Waldi, inquiet.
-    Mauvais ? – jura Duda en se tournant vers ce dernier. – C’est pire, mon con. C’est la cata.
-    Alors, on fait quoi ? – demanda Eggon d’une voix anxieuse.
-    Il nous faut un cuistot les gars ! – conclut leur coach. - Et vite. Avant que ça pue du cul !

Et effectivement, ça puait et le premier match du Real Boitar l’a bien démontré. En avisant ses joueurs, étendus sur la pelouse du stade, haletants la bave aux lèvres, crispés de douleur, se tenant coudes, genoux ou autres épaules et piaillant de souffrance, le coach ne pouvait faire d’autre constat. Il fallait se rendre à l’évidence. Les mecs n’étaient pas prêts. Ils accusaient leur âge et leurs excès en tout genre. Et surtout, le plan avait foiré.

Et Duda le savait, c’était sa faute à lui.

Alors il ne pouvait raisonnablement pas leur en vouloir. C’était la raison pour laquelle il n’avait pas explosé, c’était pourquoi il restait sur le bord du terrain sans mot dire, sans bouger d’un pouce, le regard rivé au loin. La remarque d’Eggon le sortit de ses pensées. « Dégommés » - oui, clairement, le Real Boitar n’a pas été à la hauteur de sa légende. Et même si le coach savait que, pour un début de championnat, ils rencontraient l’un des pires équipes qui pouvait leur être attribuée, les Hashut’s Sons et leur coach mirent à nu tous les points faibles de son équipe.

Une incompétence totale à passer le premier rideau adverse. Des blocages apathiques. Une capacité d’esquive – pourtant le point fort de l’équipe – mise à mal par les bloqueurs nains. Et des hommes-arbres qui n’avaient visiblement pas compris que le championnat venait de débuter…

A cela s’ajoutait le pire, à savoir sept blessés, plus ou moins graves. Même s’ils évitaient le drame, sept blessés, c’était beaucoup trop aux yeux de Duda. Et le petit Berto, fraichement arrivé dans l’équipe, qui finit le match la clavicule défoncée, et qui ne remettrait plus se sitôt les pieds sur un terrain. Plus jamais, en réalité.

Que dire du match, sinon que le Real Boitar ne fut aidé en rien. Ni par l’intervention, pourtant fort opportune, du cuistot halfling qu’ils réussirent à engager au débotté. Ni par leur public, venu en un nombre peu impressionnant (surtout par rapport à la foule des fans des Hashut’s Sons se massant dans les gradins), ni même par mère la chance – un rocher lancé par le public atterrissant en plein sur le crâne dégarni de Marcelin dès le coup d’envoi du match – envoyant le pauvre halfing directement dans la fosse des blessés avant même que les choses sérieuses ne commencent !

Dans ces conditions, comment le Real Boitar aurait pu résister à la force brute, à l’agressivité et la rage frénétique des fils d’Hashut ? Certes, le coach avait un plan, mais manifestement, celui-ci n’avait pas réussi. Et comment l’aurait-il pu, alors que tant les halflings que les deux hommes-arbres firent preuve d’une mollesse à toute épreuve, leurs attaques flegmatiques repoussés avec dédain par leurs acariâtres adversaires ? Incapables de faire un quelconque dommage aux nains lourdement armurés, les halfings passèrent toute la première mi-temps à essayer d’esquiver – avec plus ou moins de réussite – les nombreuses beignes, droites et autres croche-pattes dont leurs belliqueux opposants les abreuvaient. Quant aux piteuses tentatives d’agression, il est préférable de les passer sous silence, tant le Real Boitar se révéla incompétent dans ce domaine, et ce malgré la manifeste bienveillance du corps arbitral.

Ce fut donc en toute logique que les Hashut’s Sons marquèrent en fin de première mi-temps, tout en laissant sur le carreau – au grand soulagement du coach Duda – seulement deux halflings légèrement blessés.

Mais la véritable hécatombe arriva en seconde mi-temps. Visiblement à bout de souffle après le début du match éreintant, les halflings furent une nouvelle fois dans l’incapacité totale d’inquiéter, de quelque manière que ce soit, la défense adverse. Le désarroi de l’entraineur du Real Boitar se fit plus intense lorsqu’il dut constater – et ce quasiment dès la reprise du match – que les deux hommes-arbres de l’équipe décidèrent de s’enraciner presque de concert, visiblement déjà fatigués. Et le bref rayon de soleil que constituait la blessure grave (enfin !) d’un nain du chaos s’étant aventuré d’un peu trop près des ancestrales branches de Cendrechêne Boisnoir, n’était en réalité que le signe énonciateur du carnage qui allait suivre.

En effet, voyant ses joueurs pivots immobilisés, Duda fut obligé de modifier drastiquement sa tactique et demanda à ses joueurs d’essayer de marquer dans les meilleurs délais. La solution passait nécessairement par les deux hommes-arbres, devant servir de points d’ancrage et de tremplin pour un vol de halfing qui devait finir derrière les lignes naines. Mais l’incapacité totale des deux Ents ne serait-ce qu’à se saisir de leurs coéquipiers et l’atterrissage raté du porteur du ballon, qui plus est littéralement sous les sabots d’un centaure-taureau, eurent raison de l’attaque du Real Boitar.

Désormais, la consigne de Duda était « sauve qui peut ! ». Mais soit ses joueurs ne l’aient pas entièrement compris, soit les fils d’Hashut ne l’entendaient pas de cette oreille (soit encore les deux en même temps), quoi qu’il soit une véritable chasse au halfing débuta alors, et dura pendant toute la seconde mi-temps du match. Le point culminant de cette boucherie sanguinaire arriva au moment où le valeureux Berto Chantegras tenta d’attraper le centaure-taureau qui filait vers l’en-but. Un coup de sabots bien placé mit fin tant à tout espoir du Real Boitar de récupérer le cuir, qu’à la carrière de joueur du malheureux et probablement trop téméraire Berto…

Le résultat était celui que constatait dorénavant le coach Duda, aux abords de la pelouse. Plus de la moitié de ses joueurs gisait à terre, étourdie ou blessée – pour certains gravement. Les sourires en coin et la gestuelle complaisante – en apparence seulement – et certainement malicieuse du coach adverse, irritaient froidement l’esprit de l’entraineur du Real Boitar. Colère et résignation, il était partagé dans ses sentiments, ne voulant pas laisser l’avantage à aucun des deux. Il avait merdé, et il lui appartenait d’en tirer les conséquences. Il fallait qu’il assure maintenant, et qu’il rassure les gars. Avant tout.

-    Ouaip. – répliqua Duda avec circonspection, la mine sévère, en se tournant vers le banc où étaient affalés ses joueurs. – T’as raison Eggon, on s’est fait dégommer. Et c’est ma faute. J’peux pas vous en vouloir au fait.
-    Heuuu. Comment ça ? Vous ne nous en voulez pas ? – répondit Eggon, très étonné d’éviter une soufflante de la part de leur entraineur, pourtant connu pour ses envolées colériques.
-    Non. – riposta brièvement le coach.
-    Du coup, on fait quoi ? – lui demanda le halfing avec prudence.
-    On change de plan. – conclut Duda sur un ton énigmatique. – On change notre putain d’plan…

wink

La suite très bientôt.


Pourquoi les Nains ont la bière et les Elfes la magie ?
Parce que les Nains ont choisi en premier...

Hors ligne

 

#36 20-09-2018 15:14:51

Pierre Alexis
Vétéran
Date d'inscription: 08-02-2015
Messages: 115
Hashut's sons

Re: ANNONCE

Encore une fois quel magnifique récit...
J'aime beaucoup l'interview de Kriek wink

Malgré le fait que je connaissais la fin de l'histoire j'ai eu de la peine en lisant ta version des événements... si seulement j'avais su cela avant peut être aurais je été moins violent!!! (peut-être!!)

Hors ligne

 

#37 20-09-2018 16:46:35

lepropre
Arbitre
Lieu: Issy les moulineaux
Date d'inscription: 07-07-2011
Messages: 3376
Cirque de rhumNemosus Corsaires

Re: ANNONCE

C'est beau.
j'ai hâte de lire la suite


Je n'ai jamais vraiment perdu un match dans ma carrière, j'ai juste manqué de temps certaines fois.

Hors ligne

 

#38 20-09-2018 17:21:42

Duda
Star
Date d'inscription: 15-01-2007
Messages: 954
Real BoitarDEATHCLAWS

Re: ANNONCE

Merci les gars !
T'inquiètes PA, t'as pas été si violent que ça. Ca a fait mal, mais c'était une douleur au final... plaisante... mrgreen

Et puis, ne mens pas, tu serais quand même allé comme un bourrin. On peut pas lutter contre sa nature wink

lepropre a écrit:

C'est beau.
j'ai hâte de lire la suite

Arf, pas tout tout de suite...


Pourquoi les Nains ont la bière et les Elfes la magie ?
Parce que les Nains ont choisi en premier...

Hors ligne

 

#39 20-09-2018 17:42:42

cosius
Star
Date d'inscription: 21-07-2006
Messages: 1050
Parnassian Warriors

Re: ANNONCE

Et ce superbe match contre Alchemy hier soir à la waagh ?

Un autre vieux de la vieille qui n'était pas venu juste les doigts dans le slip !


Cette année, j'arrête de jouer aux dés, je commence à jouer à Blood Bowl... ou pas !

Hors ligne

 

#40 20-09-2018 17:43:22

lepropre
Arbitre
Lieu: Issy les moulineaux
Date d'inscription: 07-07-2011
Messages: 3376
Cirque de rhumNemosus Corsaires

Re: ANNONCE

J'ai la feuille de match.
Celle là elle va être bonheur à saisir !


Je n'ai jamais vraiment perdu un match dans ma carrière, j'ai juste manqué de temps certaines fois.

Hors ligne

 

#41 20-09-2018 17:59:14

Duda
Star
Date d'inscription: 15-01-2007
Messages: 954
Real BoitarDEATHCLAWS

Re: ANNONCE

lepropre a écrit:

J'ai la feuille de match.
Celle là elle va être bonheur à saisir !

N'oublies pas le jet pour les erreurs coûteuses. wink
Jamais cru devoir dire ça, mais j'ai trop de thunes mrgreen

Et ce superbe match contre Alchemy hier soir à la waagh ?

Un autre vieux de la vieille qui n'était pas venu juste les doigts dans le slip !

Attends ! Paaatience.

Allé, parce que je suis gentil, juste un petit teasing :

Le dormeur du terrain

C'est un trou de verdure où chante une tribune,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne brune,
Luit : c'est un petit stade qui mousse de rayons.

Un lanceur humain, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a le crâne totalement défoncé, la mâchoire brisée et les yeux crevés, sa gueule transformée une indescriptible masse spongieuse et ensanglantée de chair, de cervelle et de cartilages broyés.
Le Real Boitar est passé par là…

cool

Dernière modification par Duda (20-09-2018 18:01:21)


Pourquoi les Nains ont la bière et les Elfes la magie ?
Parce que les Nains ont choisi en premier...

Hors ligne

 

#42 20-09-2018 18:56:25

Laerthis
Légende
Date d'inscription: 31-07-2015
Messages: 1300
Emergency DepartmentSunshine Cleaning

Re: ANNONCE

J'adore.
Tu donnes envie de jouer Halflings, c'est terrible...

Hors ligne

 

#43 21-09-2018 01:14:34

Pierre Alexis
Vétéran
Date d'inscription: 08-02-2015
Messages: 115
Hashut's sons

Re: ANNONCE

DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA DUDA!!!!!
laraigne

Arrête tout je viens de voir le résultats de ton match de J2, je veux tout savoir, tout de suite, c'est juste ENORME...
voila qui redore mon blason et redonne de la noblesse à ma victoire fasse à toi big_smile

Hors ligne

 

#44 21-09-2018 10:40:18

Corrupt
Champion
Lieu: Montrouge
Date d'inscription: 16-05-2016
Messages: 259
Site web

Re: ANNONCE

Duda, tes rapports de matchs et récits, pour moi qui joue plus la league, ca me fais juste regretter de pas mettre inscrit...
Et les halflings, c'est juste parfait pour cela, parce que leur univers en tant que race de BB est adapté à la narration je penses. Et c'est vrai que tu donnes envie de les coacher !

C'est juste génial, on y est à fond dans tes histoires. Je penses que tu régales tous les fans de l'univers Blood bowl que nous sommes.

2 petites propositions pour tes résumés de matchs :
- 1 ou 2 photos du terrain (avec les figurines et tout) bien choisie aiderait à s'immerger ; ou du moins, à avoir un visuel des protagonistes ou les moments clefs du debrief
- plus de références à l'univers blood bowl afin d'encore plus s'immerger dans l'univers. Localité, temporalité, VIP etc...

My 2 cents,

Et merci

PS : écrit un bouquin de la saison du real boitar 2018 stp

Dernière modification par Corrupt (21-09-2018 10:49:54)

Hors ligne

 

#45 21-09-2018 11:36:27

Duda
Star
Date d'inscription: 15-01-2007
Messages: 954
Real BoitarDEATHCLAWS

Re: ANNONCE

Ouah carrément, tant d'éloges !   Smiley 083
Merci les mecs, putain, c'est top ! Arrêtez ! wink

Pour te répondre Corrupt :

1/ tu as raison, je vais y remédier. Sinon des photos (Alchemy n'était pas très chaud pour au dernier match et j'ai pas insisté wink ), je ferai des jolis dessins pour illustrer quelque peu les actions chaudes. Faut que je trouve le temps toutefois...

2/ Alors, pour plus d'immersion dans l'univers... j'y ai pensé, mais c'est pas facile. Si le lecteur fait bien attention, il verra quand même de nombreuses références au vieux monde et à l'univers BB (Estalie, Tilée, la Loren, le Moot naturellement, etc.)

Par contre, là où j'ai vraiment du mal, et où je n'ai pas encore pris de décision, c'est comment positionner la Lutèce dans ce bouzin. Tant géographiquement, que chronologiquement. Là, c'est ardu.

PS : écrit un bouquin de la saison du real boitar 2018 stp

Lol. Faut pas déconner non plus. J'ai rien d'un écrivain...
De toute façon, j'pourrais pas, rien que le nom de l'équipe, il est pas de moi. J'ai piqué le nom et le logo d'un dessin animé pour gosses tongue

Dernière modification par Duda (21-09-2018 11:44:25)


Pourquoi les Nains ont la bière et les Elfes la magie ?
Parce que les Nains ont choisi en premier...

Hors ligne

 

#46 21-09-2018 11:59:26

Corrupt
Champion
Lieu: Montrouge
Date d'inscription: 16-05-2016
Messages: 259
Site web

Re: ANNONCE

1) Erf, au pire tu prends une pic avec le téléphone, quand le connard d'en face descend vidanger... Mais oui, des dessins ça le fera aussi j'en suis sur, voir mieux smile
2) En effet. Après c'est surtout les premiers récits pré-saison qui sont un peu hors contexte chrono-géographique je trouves. Pourtant tu l'avais très bien fait avec les White Eagles. Et je m'y étais attelé avec les Dead Wood Howlers à l'époque.

La lutèce pourrait être :
- une league purement administrative siégeant en Bretonnie (forcement quand on regarde la position de la France sur le vieux monde). En effet, les stades des adversaires sont locaux (donc le Real Boitar fait moitié de déplacements partout dans le vieux monde en principe).
- ou alors, un peu comme les futurs JO de Paris, une zone des faubourgs de la capitale de Bretonie, réservées à l'hébergement des équipes et différents stadiums réparties en Bretonnie (un peu comme la coupe du monde 98 en fait).

Dans le premier scénario, tu as des récits de voyage, et vu les distances sur la carte du vieux monde, je te laisse imaginer comment transporter 2 hommes-arbres aussi loin et aussi fréquemment.
Heureusement la magie existe.

My 2 cents,

Hors ligne

 

#47 21-09-2018 12:11:28

Duda
Star
Date d'inscription: 15-01-2007
Messages: 954
Real BoitarDEATHCLAWS

Re: ANNONCE

Putain, mais Corrupt, on se rejoins sur l'idée de la Lutèce dans le Vieux Monde. Dans ma caboche, et pour transposer Panam' dans l'univers, la Lutèce c'est effectivement comme les JO, avec tous les stades dans et autour d'une grosse ville... Ca facilite le récit et ça permet naturellement d'expliquer pourquoi on a pas à se balader de stade en stade partout dans le Vieux Monde (ou en Bretonnie...) Au fait, c'est quoi la capitale de la Bretonnie d'ailleurs ?

Par contre, pour les récits pré-saison, ça m'inquiète un peu ce que t'écris. Pour moi, dans mon crâne, je visualise parfaitement les pérégrinations de mes joueurs, au plan géographique. Sans forcer le trait, je mets quand même quelques indices (Estalie, piémont des Irranas, abords de la Loren...bon, puis Marienburg, ok...). Tout ça avait, pour moi en tout cas, une certaine logique de voyage.

Pour ce qui est du contexte historique, c'est plus ardu, dans la mesure où je ne connais pas si bien que ça le nouveau contexte du Vieux Monde (grosso merdo, j'suis resté bloqué à celui de l'arrivée d'Archaon... après, j'ai lâché...)

Quant aux détails, oui, clairement, j'avoue ne pas m'encombrer de précisions particulières. C'est probablement un tort, mais effectivement, la magie peut expliquer par mal les choses. wink

EDIT : je m'en va de suite lire les récits de ton équipe, si je les retrouve (je les avais malheureusement ratés, j'avoue honteusement...)

Dernière modification par Duda (21-09-2018 12:14:54)


Pourquoi les Nains ont la bière et les Elfes la magie ?
Parce que les Nains ont choisi en premier...

Hors ligne

 

#48 21-09-2018 12:18:37

lepropre
Arbitre
Lieu: Issy les moulineaux
Date d'inscription: 07-07-2011
Messages: 3376
Cirque de rhumNemosus Corsaires

Re: ANNONCE

Pour ce qui est du contexte historique, c'est plus ardu, dans la mesure où je ne connais pas si bien que ça le nouveau contexte du Vieux Monde (grosso merdo, j'suis resté bloqué à celui de l'arrivée d'Archaon... après, j'ai lâché...

Globalement ça fait bien longtemps que Blood bowl est totalement déconnecté du contexte du Vieux monde de Warhammer Battle ou du JDR.
Si on respectait l'univers actuel la plupart des races ne pourrait pas jouer ensemble.

Du coup AMHA faut surtout te faire plaisir.


Je n'ai jamais vraiment perdu un match dans ma carrière, j'ai juste manqué de temps certaines fois.

Hors ligne

 

#49 21-09-2018 12:21:24

Corrupt
Champion
Lieu: Montrouge
Date d'inscription: 16-05-2016
Messages: 259
Site web

Re: ANNONCE

https://wjrf.bimondiens.com/content/maps/index.php

Sans doute la meilleure source d’informations géographique sur le vieux monde. Presque comme GoogleMap en fait big_smile

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bretonnie
La capitale de la Bretonnie est Couronne. Après Lutèce peut très bien prendre sa place de cité du jeu en Bretonnie ? Afin d'éviter tout incohérence avec les récits warhammer.

Je vais reprendre les récits pré-saison du RealBoitar, j'avoue n'avoir peut être pas été assez vigilant.

Pour les DeadWood Howlers, je n'avais fait que le récit de contexte d'équipe. Pas de réportings, faute de temps et de compétences en écriture wink

Hors ligne

 

#50 21-09-2018 12:36:55

Corrupt
Champion
Lieu: Montrouge
Date d'inscription: 16-05-2016
Messages: 259
Site web

Re: ANNONCE

lepropre a écrit:

Globalement ça fait bien longtemps que Blood bowl est totalement déconnecté du contexte du Vieux monde de Warhammer Battle ou du JDR.
Si on respectait l'univers actuel la plupart des races ne pourrait pas jouer ensemble.

Oui et non. Trop d'équipes historiques de blood bowl http://loreofnuffle.talkfantasyfootball.org/ ont des noms, des localités en lien avec le monde de Warhammer Battle voir même 40k pour certaines équipes (il me vient en tête les Death's Eads orc de blood bowl, si proche des DeathSkulls de 40k).

Pour moi le plus facile reste de :

1) Prendre le contexte de Warhammer Battle pour les facilitées géo-temporelles
2) Considérer que pour le business, des leagues privées et des teams de Fantasy Football se montent, peu importe les guerres. Le business du sport étant au dessus des rancoeurs.

Hors ligne

 

Pied de page du Forum

Propulsé par FluxBB